Putain de C..., suite

C’est bête, un accident de la route, une moto qui passe sous un camion, et tout est fini ! Elle avait pourtant si bien commencé, cette journée : pour une fois qu’il faisait beau et chaud après un hiver rude et froid, long et humide, je n’avais pas résisté à l’appel de la selle et du vent dans les cheveux. Peut-être que si j’avais pris la voiture, je serais toujours en vie, allez savoir.

Nouvelle de Cyril Burysek


Dire que cette maudite barre anti-encastrement qui vient de me broyer l’œil juste avant le crâne, était là pour me sauver la vie à l’origine : c’est une jolie idée ! J’espère qu’elles ne vont pas trop me pleurer, mes femmes ; enfin, ma femme et mes deux filles ; j’espère qu’elles ne vont pas trop souffrir, ce qui m’étonnerait, mais le temps passera et atténuera certainement leur souffrance, pendant que je les regarderai du meuble, au beau milieu du salon. Parce que je serai incinéré : cela, c’est décidé ! Elle le sait et se chargera des formalités, comme d’habitude. M’enfin ! 

Une chose est sûre, elles ne mourront pas d’indigence : avec la prime de l’assurance-décès, elles peuvent espérer vivre plusieurs années dans la prospérité...
« Bon ! » : songea le chauffeur du poids lourd, qui, pour la forme, mit son véhicule en portefeuille, en pilant lourdement : « je crois que ce coup-ci, je ne l’ai pas raté, cet enfoiré ! Je n’ai plus qu’à aller récupérer ma prime auprès de l’autre... »

jve editions

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Instagram