Putain de C... , 1ère partie

C’est par un de ces étouffants après-midis de printemps, qui laisse augurer d’un été non moins caniculaire, un de ces après-midis si long et morne, lumineux et clair, mais sans une once de vitalité : une langueur monotone envahissant l’espace à l’image des flocons de pollen flottant dans l’air ; c’est par un de ces après-midis dont on ne voit pas la fin que je terminai ma minable existence, le nez dans la poussière, sans rien avoir à lui demander.

C’était pourtant une journée tout ce qu’il y a d’ordinaire, une de ces journées qui compose une vie sans en ressortir vraiment, se fondant dans le conglomérat flou d’un vague souvenir, et je n’aurais jamais dit, si l’on me l’avait demandé, que ce serait celle-ci en particulier qui clôturerait ainsi ma si pathétique vie.

C’est bête, un accident (...)

jve editions

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Instagram